Accueil Biographie Références Presse Contact  
Hors Séries La Provence Solex
Velosolex
Citroen
2 CV
Festival
Avignon
LesHalles
d'Avignon
  Hubert Holtmann
Créations Numérique
s
 
 
Au confluent de l'art plastique et de l'infographie, les créations récentes de Hubert Holtmann puisent leur double inspiration dans la dualité fondamentale entre tradition et modernité. La méditation métaphysique affleurant sous le quotidien dévoyé, détourné, manipulé du Chantier, s'exprime par exemple dans l'ouverture en trompe l'oeil de la façade à droite de la toile... mais cet élan d'espoir, figuré par un coin de ciel bleu virtuel, semble démenti par l'abondance de signes linguistiques que l'on pourrait juger prosaïques si l'artiste les maniait avec moins de chaleur, de poésie même à l'occasion d'un lapsus volontairement révélateur où " pressing " se mute en " percing ". Car Hubert Holtmann, peintre jouissant d'une solide formation technique, semble ne maîtriser les canons de la représentation que pour mieux les subvertir, dans la lignée des Surréalistes où de Jérôme Bosch, mettant en échec, ou du moins en question, les règles de la perspective euclidienne et du bon sens. En effet, la logique de ses oeuvres n'est pas à rechercher dans leur confrontation avec ce que nous nommons d'ordinaire le réel, mais à l'intérieur même de chaque tableau ou série de tableaux. Leur logique interne s'impose par la tension entre le figuratif et l'abstrait, entre les éléments exécutés avec une précision hyperréaliste et d'autres évoquant un état psychédélique et la systémique évidente de cette polarité nous renvoie sans cesse à nos multiples réalités. Ainsi en va t il de la vaste série intitulée Délivrance. Comme un polyptyque démembré, les sept toiles se succèdent, interrogeant tour à tour les origines cosmiques de notre création, le sens de la vie, la rémanence de notre lien à la terre, la survivance de la mémoire, la possibilité d'un au delà idéal, la dissolution des apparences et le retour à la simplicité primordiale de nos particules élémentaires. Délivrance est une oeuvre subjective car Hubert Holtmann y peint Avignon, la ville qu'il aime depuis vingt ans, parce que les espoirs et les angoisses métaphysiques qu'il y dévoile ont été provoqués par des circonstances liées à son expérience personnelle, mais simultanément, Délivrance échappe à la subjectivité de son auteur car elle s'exprime sur le mode de la métaphore. Le spectateur y découvre une symbolique complexe et élaborée, où le simple canard du Rhône retrouve son antique valeur sémantique en tant que représentation de la force vitale, où l'arbre des berges est réinvesti de sa plénitude de sens tantôt comme arbre de la vie ou de la connaissance, tantôt condamné à l'image de l'homme à demeurer ancré dans la terre tout en tendant obstinément vers le ciel.
Après avoir exposé non sans succès ses premières oeuvres dans les années 1980, Hubert Holtmann a exploré diverses voies d'expression. De ses pérégrinations entre la palette, le four , l'appareil photo et l'ordinateur, il est sorti victorieux et ses réflexions existentielles peuvent aujourd'hui s'exposer dans toute leur plénitude grâce à une technique personnelle parvenue à maturité. Plus que des tableaux produits par une technique numérique, ce sont ses réflexions picturales, graphiques et spéculatives que nous livre aujourd'hui Hubert Holtmann et c'est en cela que son oeuvre devient art.

 

Avignon, le 25 juin 2002

Béatrice Laurent

 
retour accueil numerique